Lire un extrait de ce numéro »

n° 40.
avril 1980


Juges et procureurs
Histoire d’une perversion


Christian Hennion, Yves Lemoine et al.


« Si je disais que ce livre c’est Daumier en mots, avec son amertume et son humour, sa méchanceté et sa violence, son observation minutieuse du détail, sa recherche de types de caractères, son émotion devant la tragédie collective, on pourrit me répondre : « Est-ce que les temps n’ont pas trop changé depuis que le maître a fait ces caricatures ? Et après tout, il ne s’agissait que de caricatures. »
Je ne sais, Il est étonnant qu’il existe si peu d’informations sur les juges en France. Pour évaluer à quel point ils ont changé, il faudrait d’abord en savoir plus sur ce qu’ils furent. Curieusement cette histoire n’a pas été écrite de manière exhaustive. L’image que le public se fait d’eux s’est constituée principalement à partir du roman et de la télévision. La caricature reste le seul instrument d’approche que nous ayons d’eux. Il est vrai que quelques magistrats ont écrit leurs mémoires, mais ils ne connaissaient eux-mêmes que trop bien les limites de la confession, aussi fascinante soit-elle. »
Theodore Zeldin, 1980.



Indisponible

   


Retour à la liste des numéros »

SOMMAIRE


Préface de Théodore Zeldin
Préface d'outre-tombe
Introduction
Pour se repérer
Les juges, c'est aussi la mort
Notes éparses
La littérature des juges
Les systèmes d'échange
Entretien ordinaire avec un juge sans relief
Entretien sans relief avec un juge ordinaire
Entretien plein de relief avec des gens peu ordinaires
Finalement, une manière d'apologie, par Wladimir Rabinovitch
Notation et hiérarchie, par le Président Isambert
Hiérarchie et notation, par Casamayor
Les silences d'un procureur qui parle
Pages ingénues. I
Tricher avec les formes
Pages ingénues. II
De la simplicité comme argument, par Georges Vignaux et André Masquez
Le Palais de la Justice, entretien avec Pierre Legendre
En guise de conclusion